Assemblée Générale du Syndicat d'apiculture

Ce dimanche 25 février 2024 plus de 120 personnes étaient présentes à l’assemblée générale du syndicat d’apiculture de l’Ain qui s’est déroulée à St Etienne du Bois.

Le rapport d’activités souligne toutes les actions menées en 2023 au nom du syndicat : APIDAYS à Servas (rucher école du syndicat) participation à la fête de la nature à Replonges et à Bourg-en-Bresse, salon de la gastronomie, fête de la science et de nombreuses autres actions souvent à l’initiative des sections. A noter que les trois ruchers écoles du syndicat, Servas, Pays de Gex et St Etienne du Bois accueillent une centaine d’élèves formés sur les 3 sites.

Dans son rapport moral, le président souligne à regret le recul sur les mesures phytosanitaires (remise en question du plan éco-phyto) prises par la France. Notre syndicat regroupant professionnels mais aussi non professionnels, pense que le vent d’opposition qui peut souffler actuellement entre ces deux mondes ne devrait pas avoir lieu. En effet, si la France consomme environ 40 000 tonnes de miel annuellement, elle n’en produit que 20 000 et tous les apiculteurs français peuvent trouver leur place sur le marché en proposant des miels de France de qualité (petits apiculteurs et professionnels qui d’ailleurs œuvrent tous pour l’abeille et le maillage pollinique).  Pourquoi aujourd’hui en est-il autrement ?

Ce n’est pas tant l’importation qui pose problème mais les prix trop bas imposés par les conditionneurs et les centrales d’achat (qui trouvent du miel étranger à des prix défiant toute concurrence. C’est ce que souligne et dénonce Jean-Marie SIRVINS (présent à notre assemblée générale) ex-président de l’UNAF et aussi apiculteur professionnel. Ne nous trompons pas de combat ni de cible !

Le syndicat, aux côtés du GASA, soutient ses actions pour la lutte contre le frelon asiatique.

A CHEVALIER nous a exposé l’association APIFLORDEV dont il est le président et dont l’objectif est la lutte contre la pauvreté en mettant en place des ruchers collectifs dans les pays émergeants afin d’apporter des moyens de subsistance aux autochtones. Cela passe par la formation et l’équipement en matériels financés par des collectivités territoriales et ONG et des dons de particuliers. La fabrication des ruches, voire des tenues et autres matériels est de préférence fabriquée sur place afin de favoriser une économie locale.

Pascal CRETARD président de la Société Genevoise d’Apiculture est intervenu pour exposer une méthode de recherche des nids de frelons asiatiques par radio-télémétrie, coûteuse mais très efficace. Dans le canton de Genève, pas de transhumance, pas d’importation de miel, aucun problème de commercialisation des miels de qualité.

L’après-midi fut consacrée à l’AG du GASA mettant comme points forts la lutte contre le frelon asiatique et l’intervention du Dr PIZETTE sur les virus chez l’abeille. Une campagne de piégeage est mise en place sur le département dans laquelle le GASA s’implique fortement et emboîte le pas auprès de communes engagées déjà depuis plusieurs années.

Intervention A. Chevalier

Intervention P. Cretard