abeille reineRécoltes de miel et remérage des ruches

Jean-Luc ESTUBLIER et Jean-François REBOURS ont bien voulu nous faire part de leurs remarques.

Odile : Quelles sont tes principales activités du moment ?

Jean-Luc : Cette période est consacrée principalement aux récoltes qui s’avèrent fructueuses cette année (châtaignier, tilleul, lavande…outre les miellées habituelles dans nos régions) c.’est la période des transhumances en montagne. Pour l’instant, le sapin ne se déclare encore pas sur le plateau du Retord, mais tous les espoirs sont encore permis, pourvu que des orages ne viennent pas balayer les pucerons. Le sarrasin fleurit et peut être aussi prometteur de bonnes récoltes.
Par contre, ces miellées tardives repoussent le début des traitements anti-varroas, alors qu’il ne faudrait pas tarder.

Odile : Cette année ensoleillée ne nous cause pas trop de problème avec des miels insuffisamment operculés et donc contenant trop d’humidité (+ de 19% d’humidité). Si le traitement à la cage Scalvini est une solution (la reine peut d’ores et déjà être encagée et le traitement acide oxalique appliqué juste après la levée des hausses) l’absence de ponte peut engager les abeilles à stocker du miel dans le corps de ruche et moins dans les hausses. Mieux vaut peut-être réduire le nombre de cadres de corps à cette occasion…
Beaucoup de hausses à faire lécher que l’on peut empiler à l’écart du rucher, loin des essaims ou ruches faibles et loin d’endroits fréquentés en prenant soin de placer en dessous de la pile, une grille à reines (pour éviter la frénésie et ralentir le flot) et un toit au-dessus. Autre solution : placer les hausses à lécher sur la ruche, par-dessus le couvre-cadres avec une étanchéité parfaite.

Jean-Luc : La principale difficulté du moment est le remérage des ruches. Cette année, les reines disparaissent facilement après la naissance. Font-elles de mauvaises rencontres lors de leur retour de fécondation (oiseau… ) ? Ont-elles des difficultés à retrouver leur ruche ?

Odile : il est vrai que cette difficulté préoccupe bon nombre d’apiculteurs cette année qui ont dû revenir chercher des cellules de reines après des tentatives d’introduction qui se sont avérées des échecs.

Jean-François : il faut aussi faire preuve de patience car une reine se fait féconder dans les 8 jours après sa naissance et ne se mettra en ponte que 10 à 15 jours plus tard.
Il faut donc attendre 3 semaines avant de pouvoir apercevoir les premiers œufs. Sans compter avec les aléas de la météo.

Merci à Jean-Luc et à Jean-François d’avoir bien voulu nous faire part de leurs avis